Une parole constructive

Une parole constructive
Une parole constructive

Après avoir entendu l’invitation du Seigneur à nous débarrasser de notre superflu et la promesse accomplie de son fol amour, nous écoutons ce dimanche ses recommandations pour vivre réconciliés avec nous-même et en même temps la manière la plus juste de prendre notre place dans la communauté. Ce qui traverse les textes de ce dimanche est la parole. Cette parole que nous prononçons est aussi cette parole que nous avons à accueillir de l’autre. La parole peut être un excellent outil de communion, de communication mais aussi de destruction massive. Il nous arrive, parfois – voire même souvent – de prononcer des paroles qui font mouche et blessent plus ou moins volontairement l’autre. Dans les textes de ce dimanche nous sommes donc invités à prendre soin de notre parole pour entrer davantage dans Celle qui fait sens, qui nous invite à une vie qui ne possède pas mais qui se donne sans cesse.

Discernement

La parole est d’or, le silence est d’argent nous dit la sagesse populaire. Toutefois, il existe plusieurs qualités d’or. Il en est de même pour nos paroles. C’est ce que nous dit la première lecture en substance. Elle nous appelle à exercer une grande prudence quant aux paroles qui sont prononcées, car elles sont le cœur de l’homme. Elles révèlent bien plus que l’extérieur que nous présentons. Les paroles dépassent les apparences pour dire quelque chose de la vérité de notre cœur. Nous sommes donc invités ce dimanche à exercer avec discernement ce qui sort de notre bouche.

Constructifs

Non pas pour que les autres se méfient de ce que nous disons mais pour ce que nous disons soit constructif, que cela serve à l’avènement du Royaume et à la consolation de nos frères et sœurs. Souvenons-nous d’il y a quelques dimanches du passage d’Isaïe où il se dit être perdu, car il est un homme aux lèvres impures et un ange vient approcher de sa bouche un charbon brûlant pour qu’elle soit purifiée. Nous aussi avons besoin que notre bouche soit purifiée. Non par un charbon brûlant – ne soyons pas masochistes – mais par le don de Dieu qui vient par Sa Parole.

Parole

La Parole de Dieu – qui est le Christ – est cette Parole par excellence qui consolide nos vies et nos œuvres. Elle l’est, car elle est issue de l’amour de Dieu qui est créateur et sauveur. Il nous faut reconnaître notre nécessaire besoin de conversion pour que notre parole soit une parole d’amour et non de calomnie – aussi agréable que cela puisse être. Avec une parole « mauvaise » nous pouvons nous faire des amis mais nous entrons, alors, dans une entreprise de destruction massive de la communauté humaine. Tous nous avons cette tentation – et nous y cédons aisément. Il nous faut donc agir avec discernement quant à la manière dont nous parlons des autres.

Conversion

Reconnaissons également que nous ne sommes pas toujours exemplaires en de nombreux domaines et donc que notre critique n’est pas toujours justifiée comme Jésus nous l’enseigne dans l’Évangile de ce dimanche. Sachons regarder avec lucidité nos vies aidés de la lumière de l’Évangile et du regard d’un frère ou d’une sœur à qui nous confions la responsabilité de nous y aider.

Accompagnement

L’accompagnement spirituel peut être le lieu où nous reconnaissons la fragilité de notre parole, nos difficultés à nous conformer à la joie de la Parole de Dieu qui construit et apporte la Paix. Cette relecture de vie nous conduira à enlever la « poutre qui est dans notre œil ». Cela nous donnera de contempler davantage l’œuvre de Dieu qui se dit par et dans nos contemporains dans l’humble quotidien de leur vie et de la nôtre.

À quelques jours du Carême, cette recherche d’une parole de vie trempée dans la Parole de Celui qui a tout dit et tout donné par amour, peut en être un axe non négligeable.