Goûter l’Esprit dans l’ordinaire de nos jours

Temps de lecture : 3 minutes

Goûter l’Esprit dans l’ordinaire de nos joursVoici le retour du temps ordinaire. Le vert liturgique remplace le blanc. Pourtant, les textes de la liturgie de ce dimanche ne sont pas sans nous rappeler cette étoile qui brille dans le ciel de Bethléem. Cette étoile, qui n’est autre que le Christ, nous appelle, par l’Esprit et à être témoin de l’amour de Dieu pour nos frères et sœurs en humanité. Si nous avions besoin de nous en convaincre, prenons le temps de savourer la première lecture.

Baptisés

Dieu s’adresse en fait à nous tous, et plus particulièrement ceux qui sont baptisés. Notre vocation est de briller de la lumière de Dieu, et non de chercher à briller pour écraser les autres. C’est ce chemin que nous sommes invités à prendre si nous voulons marcher à la suite du Christ. Ce qui importe, c’est le désir de le rencontrer, de renouer sans cesse avec son alliance qui nous fait devenir pour nos frères et sœurs ses témoins disciples-missionnaires.

Salut

Le Salut que nous offre Dieu, en son Fils, est promesse de vie, promesse d’amour. C’est une invitation à sa louange, donc au service de chaque homme et chaque femme que nous rencontrons dans notre quotidien. Dieu nous invite à manifester par des paroles et des actes cette grâce d’être les témoins de son l’Amour. C’est une responsabilité que nous avons prise – ou qui a été prise pour nous – au jour de notre baptême. Cette plongée dans le don de l’Esprit nous configure au Christ serviteur, don du Père fait à l’humanité.

Joie

Nous ne mesurons sans doute pas suffisamment l’immensité qu’est ce don de Dieu. Il nous invités pourtant à entrer dans l’action grâce, à communier à la joie de ce Dieu. Il choisit de venir à nous pour que nous venions à Lui et ainsi, recevions la vie en abondance, en plénitude. Cet Esprit que le Christ a reçu lors de son baptême. Il est Celui dont Jean nous parle dans l’Évangile de ce dimanche. L’Esprit nous donne de continuer à contempler le Christ en ce monde. Pour autant, ne le cherchons pas dans le merveilleux, dans ce et ceux qui brillent, mais dans l’humble quotidien.

Présence

Dieu est présent dans nos joies, mais aussi dans nos peines. Par son incarnation, sa mort et sa résurrection, il habite pleinement notre humanité. Il est le consolateur doux, intime et discret de ceux qui souffrent de la peine, de la maladie, du deuil. Son Esprit souffle au cœur de nos vies et répand sur nos blessures, nos peines, et angoisses un baume apaisant. Il nous invite à l’Espérance, à voir une lumière dans la nuit de nos vies et de celles de ceux qui nous entourent. Le Dieu et Père de Jésus-Christ, Celui dans lequel nous avons mis notre foi, est au cœur de nos vies par l’Amour, la présence discrète, la vigilante bienveillance que nous savons manifester dans notre quotidien.

Cœur

C’est ce cœur, ouvert sur la croix, que le Père nous donne, pour confident et ressource quand le nôtre est sec ou dans l’incapacité de batte au rythme de l’amour. Ouvrons-nous à cet amour de Dieu, dans l’amour désintéressé des autres pour devenir jour après ces disciples missionnaires du quotidien. Et surtout, gardons au cœur l’assurance de l’Amour de Dieu. Dieu ne cesse de nous transformer et de se donner à nous lorsque nous communions à Sa Parole, à Son Corps et à Son sang. Que sa grâce nous donne de savourer et de découvrir son amour dans l’humble quotidien. Notre baptême sera alors renouvelé et nous pourrons alors partir, sur les routes des femmes et des hommes de ce temps, réconciliés.

Prions donc pour que cet ordinaire, dans lequel nous sommes entrés, ne soit ni fade, ni triste. Puisse-t-il être une occasion nouvelle de découvrir l’intensité et l’immensité de l’Amour de Dieu pour chacun et chacune d’entre nous.

close