La Contemplation dans l’action


Il nous arrive parfois de tout attendre de Dieu, de nous comporter en notre monde comme spectateur de la scène où Dieu jouerait. Ainsi, il est facile de se lamenter et de s’interroger sur l’action de Dieu en notre monde. L’Ecriture nous enseigne, depuis ses premières pages, que Dieu nous a offert la liberté afin que nous soyons « les intendants bons et fidèles » de sa création. Il nous place dans une attitude de responsabilité avec pour mission une véritable vigilance, non seulement quant au monde dans lequel nous vivons et évoluons, mais surtout à l’égard de nos frères et sœurs avec lesquels nous le partageons.
Parfois, nous pouvons être tentés, poussés par l’esprit de concurrence latent qui règne dans nos sociétés, de fragiliser l’autre, de le mépriser et de faire en sorte qu’il fasse une erreur. Cette attitude est contraire à ceux qui se réclament du Christ et nécessite une vraie conversion, un changement radical de comportement. Il ne s’agit pas de respecter une consigne mais bien d’établir le règne de la Paix et de la Justice dans notre monde.
La contemplation du Christ peut nous aider à sortir d’une sorte de légalisme religieux afin de rechercher ce qui nous fait grandir davantage. Il ne s’agit pas non plus de se comporter en mercenaire de l’Amour de Dieu. La justesse d’attitude et d’action doit guider nos vies. Nous pourrons alors rechercher les modalités concrètes qui améliorent le quotidien de chacun. Quand le Christ reprochait aux pharisiens leurs comportements ce n’était pas pour les enfoncer, mais pour leur montrer le contraste qui existait entre leurs paroles, la Parole qu’ils proclamaient, et leurs vies. Nous aussi, nous sommes constamment invités à mesurer cet écart afin de nous accorder à la douce mélodie de l’Amour  du Père, qu’Il ne cesse de nous porter malgré nos fragilités et nos faiblesses.
Gardons confiance dans le don de l’Esprit et relevons nos manches pour que ce monde soit habitable pour chacun.