Vivre la subsidiarité

Temps de lecture : 3 minutes

« Travailler plus pour gagner plus » demeure la ligne de conduite du candidat de l’UMP. Il me semble que cette devise, au vu des chiffres du chômage et du pouvoir d’achat, est un échec. Peut-être faudrait-il se mettre davantage à l’écoute de ce qui se vit au cœur de la cité. Ce serait une manière de vivre le principe de subsidiarité, si essentiel à la bonne organisation de la Cité et de ses organisations et respectueuse des relations humaines et des responsabilités de uns et des autres.

 Lorsque le candidat à l’élection présidentielle fait du « travail » la seule valeur qui vaille pour lui et de plus en fait son axe majeur de campagne, mon sang n’a fait qu’un tour. Le travail, en soi, comme par exemple la finance ou l’économie n’ont pas d’existence à proprement parler. C’est une réalité dont la consistance est donnée par ceux qui l’exerce. Le travail est avant toute chose l’exercice d’une activité par des hommes et des femmes. C’est un exercice quotidien plus ou moins facile, plus ou moins heureux. Il est pour beaucoup de nos contemporains une réalité fantasque après laquelle beaucoup espèrent et ont, trop souvent, la désagréable surprise de recevoir, au mieux, une réponse négative qui manque complètement de critères objectifs.

 L’Être Humain au centre de tout

Faire du « travail » une valeur, une réalité quasiment hissée aux frontons de nos mairies et avoir quasiment doublé le nombre de personnes en recherche d’emploi c’est non seulement les insulter mais prendre l’ensemble des électeurs et des français pour des idiots. Pour moi la seule valeur qu’il faille mettre au centre de nos préoccupations, la seule valeur qui mérite que l’on se batte pour elle c’est la place des êtres humains dans notre société. Tout le reste doit être ordonné à ce qu’ils puissent avoir des conditions de vie dignes et décentes; à ce qui permet de vivre de cet « insaisissable vivre ensemble« . Lutter contre le mal logement, le sans logement, les salaires ridicules, permettre à l’étranger de s’intégrer… sont essentiels et fondamentales s’ils l’on veut bâtir une société plus juste et plus fraternelle. Les propos des « portes-flingues », notamment le dernier du premier flic de France (lire l’article de la revue Etudes à ce propos ), du Président sortant sont suffisamment abjectes et nient, en substance, la dignité et le respect dus à chaque homme pour qu’il soit permis de penser que ce qui est visé c’est la conservation du pouvoir en se flattant les plus bas instincts de l’être humain.

Servir les citoyens

La politique c’est servir la vie de la cité mais surtout le servir ceux qui y demeurent. Là doit-être la préoccupation première de ceux qui désirent briguer un mandat électif. Il me semble que les citoyens sont en droit d’attendre de ceux qui désirent, d’un grand désir, les gouverner sagesse et responsabilité. Cependant, cela exige aussi de la part des citoyens un engagement de chaque jour au profit de leurs contemporains. Il serait hypocrite d’attendre tout de l’Etat et de ne pas commencer par agir concrètement au plus près de notre quotidien. Pour autant, il ne faut pas non plus se bercer d’illusion, notre action est limitée et malgré notre bonne volonté, notre dynamisme et notre compétence nous ne ressouderons pas, à nous seuls, tous les problèmes. Il me semble qu’il faut une action conjointe des politiques et des citoyens pour que cela bouge. C’est là que la prise en compte de l’Être humain me paraît essentielle car cela revient à saisir que les solutions ou tout du moins les ébauches de solutions sont le fruit d’efforts et de concertations partagés. C’est s’enrichir des expériences mutuelles, par une écoute attentive, de ces retours d’expérience. La concertation me paraît préférable au référendum nouvellement promue comme outil de gouvernement…. Pour cela, il est impératif de choisir comme axe de travail la rencontre, accepter de quitter ses tours d’ivoire pour entendre et écouter ce que les personnes au plus près ont à dire. S’entourer d’experts, d’intellectuels de tous bords et de tous poils, de prestigieux consultants et autres sondeurs est une bonne chose mais recueillir le sentiment les besoins, les réactions, même immédiatement épidermiques, peut être utile pour prendre les bonnes mesures.

 L’autre, son expérience, ce qu’il vit, ce qu’il dit, ce qui fait sa densité humaine et une vraie valeur. Elle est inestimable, non cotable en bourse et cela est une bonne nouvelle. C’est aussi une manière concrète de faire vivre la fraternité qui, elle, est réellement une valeur républicaine.

Aux morts !

Temps de lecture : 2 minutes

La France, la nation rend hommage, ce mardi 19 juillet, aux soldats morts ces derniers jours en Afghanistan. C’est, bien sûr, une bien triste nouvelle que de savoir ces jeunes hommes tombés sous le feu des bombes ou dans une embuscade. L’émotion a, sans doute, due être grande dans la cathédrale saint Louis des Invalides puis dans la cour des Invalides, lorsque le président de la République a prononcé l’éloge funèbre et lorsque les honneurs militaires ont été rendus. Le protocole a été respecté et les familles et les proches de ces jeunes, trop jeunes, militaires, n’en seront pas plus consolées  pour autant. Cependant, il y a des rites qui aident et qui marquent une étape essentielle pour avancer dans ce travail de deuil, si difficile.
Ce charivari médiatique autour du décès de ces soldats m’inspirent quelques réflexions. Tout d’abord un agacement. Ces militaires appartenaient, sauf erreur de ma part, à des troupes d’élites préparées, comme tout bon militaire, à l’exercice de cette mission. Certes, ils ne partent pas pour mourir mais connaissent le risque lorsqu’ils se sont engagés. Cela n’empêche pas leurs proches de ressentir de la tristesse et de la douleur quant à la mort de ces soldats. Cependant, au lieu de faire dans la gnangnan et la polémique politicienne, il me semble préférable de revenir aux fondamentaux du métier des armes et de mettre en valeur le professionnalisme de nos soldats. Également, il est important de souligner que le risque zéro n’existe pas.
Ensuite, en écoutant certains médias qui sont pourtant, d’habitude, gages de qualité et de retenue, réaliser des interviews de parents de soldats mort dans des conditions similaires ; j’aimerai les appeler à plus de respect et de professionnalisme. Il est aisé de comprendre qu’il n’est pas à la joie et que ce n’est pas avec légèreté de cœur et allégresse qu’il va (re)vivre ces moments d’hommage de la nation. Je n’accuse personne, mais j’en appelle, modestement, à de la retenue devant la douleur de ces personnes. Nous ne sommes pas aux jeux du cirque et il n’y a point besoin de pathos. De plus,  cela n’ajoute rien à l’information.
Devant le flux d’information concernant ces soldats défunts m’est revenu ce texte de Charles Péguy (1873-1914) :

Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle
Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre.
Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de terre.
Heureux ceux qui sont morts d’une mort solennelle.
Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles,
Couchés dessus le sol, à la face de Dieu.
Heureux ceux qui sont morts sur un dernier haut-lieu,
Parmi tout l’appareil des grandes funérailles.
Heureux ceux qui sont morts pour des cités charnelles,
Car elles sont le corps de la cité de Dieu.
Heureux ceux qui sont morts pour leur âtre et leur feu
Et les pauvres honneurs des maisons charnelles.
Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés
Dans la première argile et la première terre.
Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre.
Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés.

Respectons donc la douleur, faisons silence pour respecter ces défunts mais n’en faisons pas trop. Chaque vie est unique et possède la même valeur que l’on soit « mort au front » à 20 ans ou isolé à plus de 90 ans, dans une maison de retraite. Les conditions et l’âge sont juste différents mais la tristesse et la douleur sont la même pour ceux qui reste et qui aiment ces personnes défuntes.