« Malheur à moi, si je n’annonce pas l’Evangile » 1 Co 9,16

Ce vieux débat entre la foi et les œuvres est encore bien trop souvent présent en nous. Ces deux dimensions de notre vie de croyants ne sont pourtant pas contradictoires. Bien au contraire, elles sont ordonnées l’une à l’autre. Il ne peut pas y avoir de vie chrétienne sans un engagement plein et entier au service des autres.

Annoncer l’Evangile est au fondement de notre vie chrétienne. Nous avons pour tâche d’être témoins du Ressuscité et de proclamer au monde entier Sa Bonne Nouvelle du Salut. Le témoignage est constitutif de notre foi. Partager la Parole avec d’autre doit lui permettre d’être assimilée par celui qui la reçoit La Parole de Dieu est le pain nécessaire pour la marche, ce qui nous met debout, en route (cf. Dt 8,3). C’est prendre au sérieux cet appel de Christ à devenir et à faire devenir disciple. Cette mission est souvent l’affaire d’une vie et appelle une conversion sans cesse renouvelée. Là aussi, la Parole peut nous aider, nous faire comprendre de quelle manière nous devons ajuster notre Vie à celle du Christ pour être en cohérence avec notre proclamation.

Faire la volonté du Père

Jésus nous demande, sans cesse, de faire, à sa suite, la volonté du Père. Cette volonté est exigeante puisqu’elle nous demande une foi qui s’enracine dans la découverte de l’autre. Pas une découverte superficielle mais une vraie rencontre mûrie dans la Charité. La Charité n’est pas une attitude condescendante, mais une dynamique chrétienne qui nous fait considérer l’autre avec dignité, respect. Le chrétien ne doit jamais se croire meilleur ou supérieur aux autres. Dans les relations que nous nouons les uns avec les autres l’attitude juste qui convient est celle de l’égalité. La hiérarchie ou les responsabilités sont d’un autre ordre.

Une charité active

Notre charité se doit d’être active et c’est ce que nous faisons au long des jours au sein des postes par l’action sociale de proximité ou simplement par un café offert, une poignée de main au visiteur ou un offrir un regard attentif aux voyageurs croisés dans le métro. L’action, la rencontre gratuite, désintéressée est une autre manière d’annoncer l’Evangile. Cela peut sembler assez peu efficace au premier abord. Nous avons peut-être l’impression de perdre notre temps alors qu’il y a tant de « foules sans berger » qui n’ont jamais entendu parler de Christ. Certes, mais pour entendre parler de Lui, il faut que les « oreilles du cœur » soient disposées à entendre. Là se trouve l’un des génies du Fondateur : redonner d’abord à l’autre une dignité à travers la soupe et le savon, puis seulement, lui annoncer celui au nom de qui nous faisons cela. Si Dieu a pris soin de nous rejoindre dans notre humanité, n’est-ce pas qu’il considérait l’humanité comme digne de Le rencontrer ? Refonder, établir du lien social c’est participer, d’une manière qui nous est propre, à l’œuvre de création, d’alliance de l’Eternel. Nous portons cette responsabilité, comme chrétiens, de la faire fructifier afin de construire, chaque jour davantage, le Royaume de Dieu et sa justice.

Ne mettons pas en tension et en opposition les actes et la foi, la proclamation et les actions. Ce sont en quelque sorte deux poumons qui nous aident à respirer pleinement et à être fidèle à notre vocation de chrétiens. Tâchons de ne pas non plus préférer l’action à la proclamation. Il faut que l’une et l’autre s’ajustent mutuellement pour résonner en harmonie.