L’indifférence pour consolation

L’indifférence pour consolation
L’indifférence pour consolation

Dimanche dernier nous entendions les béatitudes. Ces paroles du Christ qui nous encouragent à vivre de sa parole pour devenir chaque jour davantage ses disciples. Ces paroles nous provoquent et en même temps nous convoquent vers davantage de cohérence entre notre vie et notre foi. Ce dimanche, nous sommes de nouveau invités à entrer dans une sorte de radicalisme évangélique. Le Christ nous invite à réfléchir à la manière dont nous agissons de manière spécifique. Il nous appelle à nous situer comme témoin de son fol amour en l’enracinant dans le concret de notre vie, dans notre agir de chaque jour.

Nous pouvons avoir une lecture infantile de l’Évangile de ce dimanche en prenant au pied de la lettre les conseils du Christ. Nous serions ainsi tranquilles, en règle et continuerons notre vie tranquille –  à la manière des docteurs de loi et autres pharisiens. Sinon, nous pouvons reconnaître humblement que ces paroles nous bousculent, nous rendent mal à l’aise. Elles nous confrontent à notre fragilité, à nos manques de courage, de charité et de fraternité.

Indifférence

Qui peut manifester autant d’indifférence et en même de temps générosité au cœur de la vie ? Qui n’a jamais eu de mauvaises pensées à l’égard d’un autre, qu’il soit familier ou lointain ? Qui d’entre nous est prêt, sans arrière pensée, à donner sa vie pour ses amis, pour ceux qu’il aime et – même – pour ceux qu’il n’aime pas ? Quelques saints, sans nul doute, mais, avouons, que cette indifférence et cette abnégation sont assez rares. Pourtant, c’est à cela que le Christ nous appelle aujourd’hui. Il nous invite à regarder autrement sa création, ses créatures.

Contemplation

Aujourd’hui, Dieu nous propose de prendre de la distance avec notre moi omniprésent pour le reconnaître comme «  le Seigneur (qui) est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ; il n’agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos offenses », comme nous l’avons entendu dans le psaume. Si nous nous efforçons, aidés de la grâce de Dieu et de la prière de nos frères et sœurs, de contempler l’agir du Christ pour mieux l’aimer et le suivre, dans le concret de nos affects et de nos vies, nous pourrons marcher davantage vers la conversion.

Conversion

Se laisser convertir par le Christ est le quotidien du disciple du Christ. Il s’agit de se laisser jour après jour façonner par Sa tendresse et Sa miséricorde et ainsi nous laisser entraîner à aimer comme Il nous aime, passionnément mais chastement. Cet amour du Christ doit nous inviter à choisir de L’imiter, non comme des clones, mais comme des femmes et des hommes de désir. Nous avons à entrer dans ce mouvement de dépossession de ce que nous voulons être pour entrer dans l’acceptation de ce que nous sommes.

Incarnation

Paul nous rappelle dans la seconde lecture que nous sommes à la fois faits de chair et de sang mais aussi ressemblance du Christ. Nos deux natures, héritées de celles du Christ, nous incitent à chercher toujours ce qui servira le plus grand bien, ce qui est du côté de la vie, à Le servir davantage sous l’étendard de la croix, comme le dit si bien Ignace de Loyola.

Désir

N’ayons pas peur, pour autant, de nos fragilités, de ne pas y arriver, de parfois tourner en rond dans nos désirs. Dieu ne veut pas que nous lui soyons des femmes et des hommes soumis mais des femmes et des hommes qui désirent marcher vers sa ressemblance. Son amour ne nous condamne pas. Il nous envoie sur les routes du monde à la rencontre de nos frères et sœurs pour leur témoigner de ce Dieu qui nous veut vivants malgré toutes nos fatigues, contradictions.

Puissions-nous avoir pour seule obsession le désir de répondre, par toute notre vie, à l’Amour libérateur et consolateur du Christ. Il saura nous conduire sur Sa montagne pour recevoir Sa Paix et nous envoyer sur les routes de nos frères et sœurs en témoins passionnés de son Évangile, Bonne Nouvelle et consolation pour le monde.

Une réflexion sur « L’indifférence pour consolation »

Les commentaires sont fermés.