Avec le Saint-Esprit


Méditations au coeur du monde, Temps liturgiques / samedi, juin 4th, 2022
Temps de lecture : 5 minutes(Last Updated On: 4 juin 2022)

Avec le Saint-EspritNous sommes 50 jours après Pâques et, en ce dimanche de Pentecôte, nous recevons le Saint-Esprit. Il est la force dont nous avons besoin pour témoigner au monde le fol Amour de Dieu. Le Saint-Esprit, signe de l’amour qui unit le père et le fils, nous entraîne à l’adoration. C’est-à-dire que nous sommes invités à « porter à notre bouche » le monde, à entrer au nom de notre foi dans cette communion avec les femmes et les hommes de ce temps.

La Bonne Nouvelle du Saint Esprit

Dans le récit des Actes des Apôtres, que nous entendons dans la première lecture, nous comprenons que la Bonne Nouvelle, l’Évangile, est pour le monde entier. Par le don du Saint-Esprit, les disciples oublient leur crainte et portent la Parole et tout le monde qui l’entend dans sa propre langue. C’est le miracle de la Pentecôte, c’est la fin de la division connue à Babel. Dieu, avec le don Saint-Esprit, vient achever la réconciliation initiée par le Christ par la Croix et la Résurrection.

Au-delà de nos divisions

Pourtant, malgré ce don, nous avons encore du mal à nous entendre, à nous comprendre. Nous sommes sans cesse divisés, d’abord dans nos cœurs, mais aussi les uns avec les autres. Mais le Saint-Esprit que nous avons reçu à notre baptême, rappelé lors de notre confirmation et manifesté davantage en ce jour de Pentecôte, nous invite à entendre cet appel à l’unité. Regardons le collège des Apôtres, ils étaient tous différents, mais tous ont été choisis par le Christ pour être les premiers d’une longue cordée de témoins.

Le Saint Esprit nous enrichit

Ces différences enrichies par le don du Saint-Esprit ont permis que l’Évangile soit annoncé dans tout le monde entier. Cette annonce n’a pas été simple pour eux. Elle n’est pas plus simple pour nous. Toutefois, c’est un impératif. Comme les disciples d’Emmaüs, nous avons le cœur tout brûlant. Notre passion du Christ, d’annoncer au monde les merveilles de Dieu est intacte malgré nos difficultés à être constants dans la prière, le service et l’action de grâce. Mais, ce désir est toujours aussi vivant, prégnant — et pourtant indicible. Cette permanence est le fruit du don du Saint-Esprit.

Sur la route des femmes et des hommes de ce temps

Il nous met en route sans cesse pour nous conduire aux carrefours du monde pour devenir témoins du Christ. Ce Saint-Esprit, fruit de l’Amour du Père et du Fils, nous fait saisir que nous ne sommes pas seuls. Notre mission de baptisés, de disciples du Christ, nous est confiée à la fois collectivement et personnellement. Le Saint-Esprit est descendu sur les Apôtres alors que ceux-ci étaient rassemblés. Chacun l’a reçu, mais ensemble. Nous pouvons y voir l’importance de l’unité dans la diversité. Ainsi, chacun d’entre nous est invité à annoncer l’Évangile par toute sa vie. Mais, cet Évangile, même si nous l’avons reçu intimement, au cœur même de notre chair, nous n’avons pas à le garder pour nous. Annoncer l’Évangile c’est bâtir l’Église du Christ. Par sa Parole, le Christ nous invite à devenir son Peuple. Nous le serons à la seule condition d’accepter de nous laisser aimer par Dieu.

Entrer dans l’Alliance

Devenir chrétien, être chrétien ce n’est pas respecter un code moral, une liste de commandements, une sorte de Code de la route. Il s’agit davantage d’entrer dans l’Alliance que Dieu veut sceller avec le don de l’Esprit saint. Même si elle est définitive, comme l’est le sacrifice du Christ, l’Alliance du Christ n’est pas figée ; elle est vivante tout comme la Parole est vivante. Le Saint-Esprit, que nous célébrons aujourd’hui, est le souffle de cette Alliance, il est Celui qui vient attiser en nos cœurs l’Amour de Dieu.

Viens Esprit saint

Si nous nous sentons découragés, comme perdus en pleine mer. Si nous avons comme l’impression d’avoir perdu le goût de Dieu, prions l’Esprit Saint avec ces premiers mots de la Séquence que nous propose la liturgie : « Viens, Esprit saint, en nos cœurs et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière ». Cette petite prière, tout comme celle de la grand-mère du pape François  « Seigneur, rends mon cœur semblable au tien », nous permet de nous unir davantage à la grâce de Dieu pour découvrir davantage sa Gloire, l’importance de son Amour pour chacun d’entre nous.

Chercher la Gloire de Dieu

Cette découverte doit sans cesse nous importer. Comme Ignace de Loyola, nous sommes invités à chercher et à œuvrer ensuite pour la plus grande gloire de Dieu. Dans la dynamique de la Pentecôte, nous pouvons compter sur l’Esprit saint pour nous conduire dans cette quête. Il s’agit d’accueillir l’action de Dieu dans nos vies qui nous pousse au-dehors, sur la route des femmes et des hommes de ce temps pour dire par et dans nos vies l’immense amour de Dieu. C’est là un impératif pour nous tous baptisés.

Accueillir l’Amour de Dieu

Nous ne pourrons parvenir à ce but, à l’accueil de cet absolu de l’Amour de Dieu pour chacun, de nos propres forces, mais par grâce. C’est donc à une disponibilité intérieure que nous devons tendre si nous souhaitons vraiment marcher à la suite du Christ. Nous sommes convaincus que son Amour nous devance, que l’Esprit de Pentecôte peut changer radicalement les relations entre les femmes et les hommes de ce temps. Toutefois, des résistances sommeillent en nous. N’en soyons ni tristes, ni désolés.

À la suite des Apôtres

Les Apôtres étaient aussi des hommes de conviction, avec des caractères bien trempés et une compréhension lente et maladroite de l’Évangile. Et pourtant, ils en sont les hérauts. C’est là que l’accueil de l’Esprit saint a permis que la force de Dieu passe par les fragilités de ses envoyés. C’est bien ce que nous dit l’Évangile que nous entendons ce jour.

Annoncer l’Évangile

Si nous acceptons de laisser l’Esprit saint se frayer un chemin dans nos quotidiens bousculés, dans notre humanité blessée, alors nous pourrons sans doute annoncer davantage l’Évangile en plein monde. Cette annonce est notre responsabilité collective comme communauté de disciples.

Devenir une Église, signe du Corps du Christ

Nous avons donc la responsabilité individuelle de veiller, de prier les uns pour les autres, les uns avec les autres. Dans cette solidarité, cette union de prières mue par l’accueil du Saint-Esprit, nous pourrons devenir davantage une Église vivante, accueillante, signe du Corps du Christ livré gratuitement par amour de chaque homme et chaque femme.

Prions donc, en ce jour une fois encore, avec la Séquence de la Pentecôte : « Ô lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le cœur de tous tes fidèles. »

Une réponse à « Avec le Saint-Esprit »

Les commentaires sont fermés.