Pour la vie et la joie du monde

Temps de lecture : 3 minutes
Print Friendly, PDF & Email

En ce dimanche du Saint Sacrement, nous avons la joie de pouvoir méditer sur le don de l’amour de Dieu pour chacun de nous. Aujourd’hui nous célébrons ce pain et ce vin qui deviennent corps et sang du Christ. Nous célébrons le choix que le Père a fait de nous faire participer à sa nature divine dans le don de son Fils dont nous faisons mémoire dans le pain et le vin consacrés. Sous l’apparence du pain et du vin c’est bien au corps et au sang du Christ qu’il nous est donné de participer en plénitude par don, par grâce gratuite. La gratuité de Dieu invite également à devenir à la suite du Christ, participant à sa nature divine.

Force des fragiles

Par notre communion, nous sommes invités à aller porter au monde la force de son amour et le don de sa joie. C’est pour cela qu’une fois que nous avons communié, nous sommes invités à demeurer dans la Paix du Christ et à repartir dans le monde, nourris et réconfortés par le pain et le vin consacrés, corps et sang du Christ. Ils sont la force des fragiles, notre force nous qui avons, parfois, tant de mal à vivre de la vie de Dieu dans notre quotidien. Participer à l’Eucharistie, s’en nourrir n’est pas une récompense pour enfants sages. Ce n’est pas un bonbon que nous venons chercher en récompense de bonnes actions ou bonnes paroles. Il s’agit de s’approcher de cette force d’amour qui réchauffe, guérit et réconcilie. Par notre communion, nous nous unissons non seulement davantage à Dieu mais aux femmes et aux hommes de ce temps, de ce monde qui sont, eux aussi, appelés à devenir ressemblance du Christ, témoin de sa miséricorde, disciple missionnaire de sa joie.

Découvrir Dieu

Découvrir cet appel nécessite du temps ; la formation spirituelle et humaine vient alors complément de la prière qui vient nous révéler la vraie nature de Dieu. Il vient à la rencontre de chacun de manière particulière. Certains le découvriront dans le chapelet, les pèlerinages, l’adoration eucharistique d’autres dans la liturgie des heures ou bien encore dans la contemplation de la création. Qu’importe la méthode, ce qui compte c’est de découvrir que Dieu est bien à l’œuvre dans ce monde. Il agit par nos mains et notre implication concrète à trouver des solutions justes pour soulager ceux qui souffrent, ceux qui peinent au quotidien. Nous sommes, par notre baptême, configurés à Dieu. L’Eucharistie à laquelle nous participons renouvelle cette configuration. Soyons-en fiers et vivons alors avec sérénité la diversité de nos engagements de citoyens, habitants de la cité des Hommes et de la Cité de Dieu.

De l’Autel au monde

Participer à l’Eucharistie, c’est participer à la vie de la communauté ecclésiale qui est, elle aussi, corps du Christ. Participer ne veut pas dire forcément faire. Même s’il faut des personnes pour organiser et accompagner les activités de la communauté là n’est pas l’essentiel. Ce qui importe c’est d’être présent pour amener le monde à l’Eucharistie et amener l’Eucharistie au monde. Nos vies ont du prix aux yeux de Dieu.C’est pourquoi dans la célébration de l’Eucharistie nous les lui offrons pour qu’il les transforme en vivante offrande à la louange de sa gloire. En retour nous sommes invités à faire de nos vies, une Eucharistie, une action de grâce, qui témoigne de l’Alliance que Dieu a signée avec l’humanité dès son origine et qu’il a renouvelée par la mort et la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ. Et le signe de cette Alliance c’est l’Eucharistie qui est célébrée chaque jour pour la vie et la joie de notre monde.