L’hospitalité de Dieu

l'hospitalité de DieuDans 10 jours, le 31 juillet, nous célébrerons Ignace de Loyola. Ce Basque, fondateur de la Compagnie de Jésus, a eu le souci pédagogique et spirituel de « chercher et trouver Dieu, en toutes choses » en vue d’une unité plus intense de notre être. . Nous avons trop souvent tendance à opposer l’une à l’autre. Notre mode de pensée est d’ailleurs trop souvent dans le jugement binaire. L’action tout comme la contemplation ne sont pas des finalités en soi. L’une et l’autre sont bonnes, tout dépend ce qu’elles visent, à ce à quoi elles sont ordonnées.

Discernement

Le Seigneur, dans l’Évangile, n’est pas ni dans le reproche, ni dans l’opposition. Il invite Marthe à discerner l’essentiel, ce « davantage » cher aux fils et aux filles d’Ignace. La première intention de Marthe est l’accueil du Christ en sa maison. C’est beau d’accueillir le Christ chez soi. Le sens de l’hospitalité, de la convivialité, est une dynamique évangélique. Mais, il ne suffit pas d’accueillir chez soi et de laisser ensuite tomber son invité même au nom d’une qualité d’accueil. C’est un peu comme les repas de fêtes dans les familles où chacun veut aider et au final plus personne n’est à table.

Désir

Nous sommes souvent accaparés par le faire et par la volonté de bien faire. Nous cherchons toujours à être conforme à ce qui est attendu de nous. Le Seigneur ne cherche pas en nous la perfection d’une maison bien rangée et bien propre mais un cœur qui écoute, qui a soif de son amour et de sa tendresse. Ce qui importe c’est notre désir de rencontre, notre disponibilité pour Lui.

Hospitalité

Dans la première lecture, nous sommes dans un paradoxe par rapport à l’Évangile. Abraham accueille avec zèle ses visiteurs. C’est aussi une question de survie pour eux. Dans le désert, à « l’heure la plus chaude de la journée », il est inconcevable de laisser s’en aller des passants sans leur donner le « pain de la route ». Abraham les accueille alors dignement. La différence avec l’Évangile est le consentement des visiteurs : « Fais comme tu l’as dit » avons-nous entendu.

Invitation

C’est une invitation là aussi à être présent à l’autre,  à s’enquérir de sa volonté. Jésus n’est pas venu chez Marthe et Marie pour faire un festin. Il est venu les rencontrer. Voilà l’essentiel : prendre le temps de la rencontre. Cela demande de l’investissement, un choix résolu d’être pleinement présent et non dans une écoute distraite. C’est l’attitude de Marie et celle d’Abraham. Cette grâce de la gratuité de l’hospitalité et à recevoir et donc à demander.

Recevoir

Souvenons-nous également d’une phrase d’Ignace de Loyola, qui peut nous aider à entrer dans cet Évangile : « L’essentiel n’est pas d’en faire beaucoup mais de sentir et goûter les choses intérieurement ». Marie prend le temps d’être assise aux pieds du Seigneur, de recevoir de Lui « la vie, l’espérance et l’être ». Elle savoure la qualité de sa présence, de ses paroles. Elles sont comme un viatique pour son existence.

Reconnaître

Notre foi chrétienne nous invite à reconnaître en l’autre, un visage du Christ. Dans toute rencontre faite en vérité nous pouvons y discerner sa présence et une parole qui est cette « meilleure part ». Il nous revient de la cueillir, de la recueillir et de l’accueillir afin de la reprendre dans un dialogue confiant. L’hospitalité et l’accueil sont au cœur des textes de ce 16? dimanche ordinaire. Ils sont aussi ce qui doit animer toute notre vie personnelle et nos vies communautaires.

En ce temps de vacances, où des membres extérieurs à nos communautés locales viennent les rejoindre, prenons le temps d’être accueillants. Sachons être comme Abraham, prompts à la générosité de l’hospitalité pour qu’ils puissent savourer la Parole que le Seigneur voudra leur adresser dans leur lieu de vacances. Qu’à l’intercession d’Ignace de Loyola, nous puissions obtenir la grâce de la disponibilité intérieure pour discerner de quelle manière nous avons à vivre l’hospitalité pour la plus grande gloire de Dieu et le salut du monde.

2 réflexions sur « L’hospitalité de Dieu »

Les commentaires sont fermés.