La grâce de tenir dans la foi


Méditations au coeur du monde, Temps liturgiques / samedi, août 21st, 2021
Temps de lecture : 5 minutes
Print Friendly, PDF & Email
(Last Updated On: 22 août 2021)

La grâce de tenir dans la foiNous poursuivons ce 21e dimanche de l’année B, notre lecture du chapitre 6 de l’Évangile de saint Jean. Nous l’avons laissé, la semaine dernière, au profit de la célébration de la solennité de l’Assomption de la Vierge Marie. Ce dimanche nous sommes invités à réfléchir sur le fait de tenir dans la foi. Le passage de saint Jean que nous lisons ce dimanche intervient après l’annonce de l’Eucharistie. Dieu, en Christ, vient se donner à nous, dans le pain et le vin consacrés. Cette réalité sacramentaire est le cœur de notre foi. Elle est, bien évidemment, un mystère – quelque chose que nous n’avons jamais fini de comprendre – mais aussi ce qui nous faire tenir dans la foi. Dieu vient faire sa demeure en nous pour que nous fassions, en Lui, la nôtre.

L’Eucharistie nous donne la grâce de tenir dans la foi

Admirable échange qui peut susciter des doutes, des crispations de ceux qui n’acceptent pas un tel don. Nous voyons que des contemporains de Jésus le quittent après qu’il ait annoncé une telle réalité. Beaucoup de résistances, peut-être politique, ou bien encore théologique chez ses contemporains. Mais, chez nous aussi. Nous pouvons légitimement nous interroger sur la réalité de ce que nous consommons lorsque nous communions. C’est difficilement explicable même à grand renfort d’exégèse ou de philosophie. Toutefois, nous saisissons au cœur de notre chair que la vie du Christ, don de Dieu, qui passe par ce sacrement est ce qui nous fait tenir dans la foi. Accompagnés du pain de la Parole, le pain et le vin eucharistiques sont ces vivres dont notre cœur a besoin pour annoncer l’Évangile en plein monde. Sans eux, il serait difficile de vivre en chrétien.

Se convertir au Christ

En Christ, nous trouvons l’énergie, le dynamisme qui nous fait tenir. Pourtant, tant de femmes et d’hommes sont éloignés du Christ. Ils ne le connaissent pas ou – pire – le rejettent, le condamnent et persécutent ses disciples. Ils ont fait d’autres rencontres, d’autres choix, mais, en tout état de cause, souvenons-nous que nul ne doit user de la violence à l’égard de l’autre. Il est non seulement notre semblable, mais aussi et surtout figure de Dieu. Ce qui importe n’est pas que je convertisse l’autre au Christ, mais que moi, je me convertisse au Christ. C’est la qualité de ma vie spirituelle, de ma manière d’être qui pourra donner envie de connaître le Christ. Pour cela, il est important de nous rapprocher du Christ, de lui demander la grâce de nous faire tenir dans la foi.

Discerner les appels de Dieu

Nous avons ainsi à trouver, au cœur de ce monde, les moyens de prier, de contempler sa présence et discerner ses appels pour mieux servir nos frères et sœurs en humanité. Plus qu’un défi, c’est une urgence pour notre monde. Il a besoin des disciples du Christ qui savent prendre le temps de la contemplation. Qu’importent les modalités, mais nous devons trouver le moyen de nous enraciner en Christ pour « voir, en lui, toutes choses nouvelles » ! Cela demande de l’abnégation sans nul doute, mais surtout la conviction que Dieu n’a pas abandonné ce monde. Comme les Tribus d’Israël, nous avons, jour après jour, à choisir le Christ. Pour cela, comme eux, nous pouvons redire : « Nous aussi, nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu ».

La grâce de tenir dans la foi

Cette prière nous fait non seulement tenir dans la foi, mais surtout nous engage. Elle nous donne de reconnaître que le Dieu dans lequel nous mettons notre confiance est Celui d’une histoire. Celle d’un peuple d’abord, mais aussi une histoire personnelle. Dieu et notre intimité Dieu chemine avec nous de manière tout à fait singulière. Chacune et chacun d’entre nous possède, avec le Seigneur, une histoire qui lui est propre. C’est dans l’intimité de cette dernière, dans la proximité entre Dieu et nous, que peut se tisser cette foi qui nous unit. En même temps que cette foi est personnelle, elle est aussi communautaire. Souvenons-nous du dernier verset du psaume 94 : « Nous sommes le peuple qu’il conduit, le troupeau guidé par sa main. Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ? ». Il nous dit bien cette réalité qui nous fait saisir que nous sommes un corps, une famille, un peuple qui a été choisi par Dieu. Pour autant, il ne s’agit pas de présenter cette réalité comme une élection qui nous mettrait à part.

Bénir le Seigneur

C’est toute la famille humaine qui est invitée à bénir « le Seigneur en tout temps », c’est-à-dire à dire du bien de Dieu, comme nous y invite le psaume 33 (34) chanté ce dimanche. Ainsi, ceux qui ont déjà la foi, par une grâce mystérieuse, sont responsables de la transmettre en prenant soin du corps qui la véhicule : l’Église. Elle n’est pas le seul médium, mais est un des mieux organisés pour le faire. Ne considérons pas l’Église comme une organisation bureaucratique avec ces règles, mais comme un corps vivant. Paul, dans la seconde lecture, n’hésite pas à la comparer à une épouse choisie et choyée par le Christ pour la sanctifier.

Membres du corps du Christ

En cela nous sommes bien toutes et tous membres du corps du Christ. Ensemble, baptisés dans l’amour du Christ, nous sommes conviés à resplendir dans le monde de la splendeur de notre baptême. Le cierge allumé à celui bénit lors de la nuit pascale est cette lumière qui nous aide à avancer dans l’obscurité, à tenir dans la foi, dans les bons – et moins bons – moments. Si nous sommes l’épouse du Christ – comme Église, peuple de Dieu – nous avons à prendre soin du nous. La charité doit nous habiter, elle est – comme le dit le jésuite Pedro Arrupe : « une force irrésistible qui, nous amenant d’abord à une union des cœurs, inspire aussi l’union des esprits ». Témoigner du Christ c’est agir avec le cœur et les jambes.

Ensemble tenir dans la foi

Nous ne pouvons pas annoncer l’Évangile, être cette épouse mystique du Christ, si nous n’acceptons pas de relever les manches pour bâtir ce monde à l’image de Dieu. C’est comme dans un couple, une famille, chacun doit-être acteur de sa construction en marchant dans le même sens – chacun à son pas.

Prions donc les uns pour les autres, les uns avec les autres pour que le Christ nous aide à tenir dans la foi. Que l’union des cœurs se fasse dans la prière commune et la célébration de l’Eucharistie pour que nous puissions être, au cœur ce monde, messager de la joie pascale.