Au service d’un monde réconcilié à la suite d’Ignace

Temps de lecture : 3 minutes

ignace de LoyolaCe dernier jour du mois de juillet, nous fêtons Ignace de Loyola. Ignace est certes le fondateur de la Compagnie de Jésus. Mais, il est surtout un maître spirituel et un modèle de charité et d’humilité à suivre. Cette spiritualité consiste à être attentif aux mouvements de l’Esprit, aux motions intérieures qui nous habitent. Ainsi, nous pouvons mieux comprendre ce que le Seigneur attend de nous, pour le plus grand service de ce monde, de nos frères et de Dieu. Le discernement est un art difficile, tant le bruit habite notre monde aussi bien intérieur qu’extérieur. Mais justement, c’est bien à partir de ces mondes-là que nous pouvons entendre l’appel de Dieu à le servir. Il faut convertir­ ces bruits en occasion de louange et d’opportunité pour être attentif aux signes de ce temps.

Brouhahas

Comme le prophète Élie (1 R 19), nous pouvons être dans la désolation, fatigués, épuisés par la vie et la mission. Là aussi, le Seigneur est présent, il vient se révéler à nous dans ce « commencement de fin de silence ». Non dans le vacarme assourdissant de nos brouhahas quotidiens. mais dans la conviction profonde d’un compagnonnage. Par notre baptême, nous sommes envoyés au monde porter les « merveilles de Dieu », habités d’un zèle jaloux pour le Seigneur.

Monde

Ce monde, nous avons à l’aimer, car il est la création de Dieu qui nous est confiée. Et c’est en l’aimant que nous pouvons mieux aimer et servir ceux qui l’habitent. C’est dans un cercle vertueux que le discernement nous entraîne. Dans cette contemplation du monde qu’Ignace nous propose au début des Exercices Spirituels, nous comprenons que le moteur premier de Dieu est l’amour.

Victimes

Il envoie son Fils comme « victime offerte » de cet amour pour qu’à notre tour nous offrions en Lui toutes nos activités. Ignace nous fait devenir des Compagnons de Jésus, des compagnons qui ne cessent pas de chercher à témoigner de cet « amour excessif de Dieu ». Pour autant, cela demande de notre part un consentement qui commence par faire taire en nous le « vieil homme » parfois grincheux et récriminé.

Amis

Nous sommes des « amis dans le Seigneur ».  A ce titre nous devons tenir dans la louange, dans la reconnaissance que seul l’Amour de Dieu est digne de foi. En fait, il nous faut être des témoins de la miséricorde de Dieu. Comme pour Timothée (1 Tm 12, 17) nous avons été choisis non pour nos propres forces ou qualités (même si nous devons en user pour servir le Royaume). Nous avons été choisis gratuitement, car le Père nous aime infiniment. Pour toute réponse à cet amour, il nous faut « en toute chose aimer et servir ». C’est en prenant la tenue de serviteur, prompt à rendre ce monde plus juste, plus fraternel, dans la louange du nom du Père, que nous serons des témoins crédibles de cet amour.

Acteurs

À la suite du Christ, nous sommes appelés à être pour ce monde des acteurs de réconciliation. Soyons des disciples missionnaires dans une attitude d’ouverture et de fraternité créative. Comme Ignace, tâchons d’être des contemplatifs dans l’action qui vivent dans l’intimité du Père. C’est là une grâce que nous pouvons demander au Seigneur. Tant de fois, nous nous éloignons de cette proximité qui pourtant nous est nécessaire. Pour autant, n’ayons pas peur, ne désespérons pas, mais faisons-lui confiance.

Entrons dans cette prière d’alliance qui est chère aux fils et filles d’Ignace. Nous découvrions ainsi la proximité de Dieu et discernerons au cœur de nos journées sa volonté. Même dans la tempête, gardons notre confiance au Seigneur. Il est toujours là et nous œuvrons avec Lui humblement mais avec détermination pour changer ce monde et le rendre conforme au désir de Dieu.

Une réflexion sur « Au service d’un monde réconcilié à la suite d’Ignace »

Les commentaires sont fermés.