Du pain de nos vies, Dieu fait Eucharistie

Temps de lecture : 3 minutes

Du pain de nos vies, Dieu fait EucharistieCe dimanche, le deuxième depuis la Pentecôte, nous célébrons la fête du Saint Sacrement. Il est ce pain de vie dont nous parle Jésus dans l’Évangile. Mystiquement, nous comprenons que le Corps et le sang du Christ nous sont nécessaires pour vivre. Mais, ce « pain et ce vin » consacrés, institués lors de la dernière Cène, suffisent-ils à dynamiser, à faire croître notre foi ? Pendant toute la période de confinement, nous n’avons pas pu célébrer la messe. Pourtant, nous sommes demeurés greffés à la vigne du Seigneur. Il nous a donné de vivre de manière nouvelle cette faim et cette soif de Dieu. Ainsi, il nous a été donné de transmettre à nos contemporains des « raisons de vivre et d’espérer ».

Désert

Combien de fois sommes-nous dans le désert, malgré l’abondance de biens, la foule, et l’agitation de nos contemporains ? Nous y recherchons de quoi vivre en plénitude, nourrir nos attentes et consoler nos désespérances. Dans ces moments-là, faisons mémoire, comme nous y invite la première lecture. Souvenons-nous que c’est le Christ qui donne sens à notre vie. Il est ce « sel » qui en rehausse le goût. Dans ce « pain et vin », fruits de la vigne et du travail des hommes, il vient s’offrir à nous pour que nous nous offrions à Lui. Ce qui nous fait vivre, c’est bien cette recherche de relation ajustée, d’un service désintéressé de l’autre. Nous avons à être en syntonie les uns avec les autres.

Communion

La vie du Christ incarne ce désir. Il nous l’a partagée dans ce dernier repas. Notre communion au Corps et au Sang du Christ doit dépasser la simple consommation du pain et du vin consacrés. Suivre le Christ, vivre de son fol amour, vibrer en sa chair à son approche, c’est faire de notre vie une « vivante offrande à la louange de sa Gloire ». Nous sommes invités à réaliser en nos vies ou plutôt à laisser l’Esprit réaliser en nos vies en vrai travail d’enfantement. Communier au Christ, vivre du Christ est un travail de chaque jour. Il s’agit d’une grâce à demander pour être davantage conforme à son appel de devenir des femmes et des hommes pour et avec les autres.

Offrande

L’objectif n’est pas d’entrer dans une logique sacrificielle en s’efforçant par des moyens humains de faire pénitence. Il s’agit d’offrir notre vie au Christ dans une logique de don. Nous sommes le pain et le vin de ce monde et de ce temps. Nous sommes ce que le Christ a de plus précieux pour réaliser son désir de faire advenir son Royaume. Par nous, créés à l’image du Père, il témoigne de son infinie miséricorde, de sa passion pour notre croissance et de son ambition pour bâtir, par nous, un monde nouveau. Dans l’Eucharistie qui est célébrée lors de la messe, ce sont toutes nos vies qui le deviennent, action de grâce pour l’Amour de Dieu donnée par et dans nos vies.

Sacrement

La force du sacrement continue d’agir au cœur de nos vies pour que nous devenions, par lui, puissance de transformation, de résurrection, là où nous vivons. Un de ses fruits est, peut-être, la montée sur nos lèvres et dans nos cœurs de la grâce de la reconnaissance, la gratitude. Rendre grâce pour cette vie qui ne cesse de nous être donnée, pour ce que le Seigneur nous donne d’accomplir en cette vie et en ce monde malgré tous nos manquements et nos difficiles conversions. Souvenons-nous que c’est Dieu qui est le premier, en Lui nous avons « la vie, le mouvement et l’être ».

Cœur

Dans ce pain de vie que nous célébrons aujourd’hui, offrons-lui ce qui fait notre pain quotidien. Confions-nous à ce cœur tendre et miséricordieux du Christ que nous célébrerons vendredi. Il est la source de l’Amour du Père, de ce qui vient irriguer notre cœur de disciple-missionnaire.

Puissions-nous entendre son appel incessant à nous convertir, à accepter de partir à la rencontre de l’autre. Nous serons ainsi en communion les uns avec les autres ; disponibles pour bâtir un monde plus juste et plus fraternel.

close

Une réflexion sur « Du pain de nos vies, Dieu fait Eucharistie »

Les commentaires sont fermés.