Convoqués pour devenir le Corps du Christ

Temps de lecture : 3 minutes
Print Friendly, PDF & Email

Ce dimanche le Seigneur vient nous redire qu’il nous choisit pour annoncer sa Bonne Nouvelle. Ce choix s’est opéré « dès avant la création du monde » comme nous le dit Paul dans la seconde lecture mais nous l’avons assumé (ou nos parents en notre nom) lors de notre baptême. Ce jour où nous avons été configurés au Christ, prêtre-prophète et roi. Ce don qui nous a été fait nous envoie en mission sur les routes des femmes et des hommes de ce temps.

Annoncer

Qu’importe la position sociale que nous occupons, nos diplômes et autres compétences. Dieu ne cherche pas à appeler des super héros, mais des hérauts de l’Évangile, saisis par l’Amour du Christ. Annoncer l’Évangile n’est pas une profession, mais une passion, un appel qui nous vient de loin et nous dépasse à l’image du prophète Amos dans la première lecture. Dieu vient nous chercher pour prendre soin de son peuple, comme Amos prenait soin des sycomores et des troupeaux.

Paix

Prendre soin des uns et des autres, au nom du Christ, c’est aussi être porteur de la Paix qui nous vient de Dieu. Cette Paix n’est pas une tranquillité béate mais plutôt une « intranquillité heureuse ». C’est à la fois croire qu’il faut toujours aller plus loin dans toute rencontre, dans tout projet. Il s’agit de contribuer de toutes nos forces, de toutes nos capacités à faire taire toutes injustices, tout ce qui nuit à la dignité des femmes et des hommes, pour installer la force discrète bien que puissante de l’Évangile. Si dans toutes nos activités nous avons ce souci de construire avec justice et justesse, sans manipulation, ni trahison nous serons alors dans la vérité de Dieu et fidèles à cette vocation de fils et fille de lumière reçue lors de notre baptême.

Communion

Cette mission est à la fois personnelle et communautaire. Personnelle car Dieu a une relation privilégiée avec chacun de ceux et de celles qui s’approchent de Lui. Chacun de nous a été appelé par son prénom lors de notre baptême. Nous avons été plongés dans le nom de Dieu pour vivre de, par et avec sa Parole comme pain quotidien. Ce lien particulier, cette mission particulière que chacun et chacune est appelé à discerner est au service de la mission universelle de l’Église. Ce corps mystique du Christ n’est pas seulement la juxtaposition individus, comme nous pourrions le croire si nous entrons dans une église lors de nos assemblées dominicales. Elles sont le rassemblement de la différence au service de la communion.

Convocation

Lorsque nous nous rassemblons le dimanche, nous répondons à la convocation du Seigneur. C’est lui qui nous invite à venir le rencontrer dans sa Parole, le pain et le vin devenus son corps et son sang, Nous n’allons pas à la messe pour faire plaisir au prêtre mais pour rencontrer le Christ et pour bâtir la communion de la communauté chrétienne. Cette grâce que nous avons à demander au Seigneur, mais il est de notre responsabilité d’œuvrer à ce qu’elle devienne réalité. Cette communion ne doit pas juste essayer de se vivre lors de la célébration de l’Eucharistie mais au quotidien dans l’accueil comme le demande Jésus dans l’Évangile.

Laissons-nous interroger par cette dimension de l’accueil à laquelle nous invite Jésus aujourd’hui. Apprenons aussi à savourer la beauté du mot « hôte ». Il désigne à la fois celui qui invite et celui qui reçoit. Puisse ce temps estival nous aider à mettre en pratique cet appel du Seigneur à nous faire devenir les hôtes des uns et des autres. Ouvrons grandes les portes de notre cœur et de notre esprit afin de nous rendre aux périphéries de notre monde, des hommes et des femmes que nous sommes appelés à rencontrer au quotidien.