La parole de Dieu nous conduit au large


Méditations au coeur du monde / vendredi, janvier 19th, 2024
Temps de lecture : 5 minutes(Last Updated On: 19 janvier 2024)

Ce 3ᵉ dimanche du temps ordinaire est le dimanche de la parole de Dieu. C’est cette parole qui nous met en route à la suite du Christ. Elle est cette voix du Père qui vient tenir ses promesses et nous envoie son Fils. Il est lui-même « la parole du Dieu vivant » comme nous le disons lors de l’acclamation de l’Évangile en Carême. La parole de Dieu est au cœur de toutes les liturgies et tous les sacrements. Elle est ce qui guide notre prière personnelle et communautaire. C’est aussi sur cette parole de Dieu, incarnée par Jésus, que les premiers disciples se sont mis en route. C’est le récit que nous fait l’Évangile ce dimanche.

Répondre à la parole de Dieu

Ceux que Jésus appelle lui répondent non pas parce qu’il fait des miracles ou qu’il guérit les malades. Ils le suivent car Sa parole rencontre leur cœur. C’est bien cela qui est important : se laisser rejoindre par Jésus qui nous parle au cœur.

Une parole de Dieu est exigeante

Pourtant, la parole de Jésus que nous rencontrons ce dimanche n’est pas une douce et savoureuse proposition. Elle annonce la venue du règne de Dieu et la nécessité de se convertir. C’est un peu rude, avouons-le, comme invitation. Mais, à bien y réfléchir, nous pouvons saisir qu’elle rejoint l’essentiel de notre vie de foi.

Se convertir ?

L’appel à la conversion n’est jamais inutile. Même si nous avons une vie droite, juste, généreuse nous n’avons jamais fini d’avancer sur le chemin du plus grand amour. C’est à cette conversion-là que nous sommes appelés : vivre de la vie même de Dieu, de son amour pour nous. C’est le même mouvement que nous contemplons dans la première lecture. Celui d’une parole qui en entraîne une autre.

Écoute et action

Jonas met en pratique l’appel que lui adresse le Seigneur pour Ninive. Il le fait avec un zèle impressionnant et un résultat qui l’est tout autant. Nous pouvons être saisis non seulement par ce zèle, mais surtout par la performativité de sa parole. Combien de fois entendons-nous dans notre cœur l’urgence d’une conversion et combien de fois l’enfouissons-nous au milieu de nos activités et préoccupations quotidiennes ?

L’efficacité des paroles prophétiques

Qu’est-ce que ces propos de Jonas, de Jésus et de tant d’autres prophètes ont pour être suivis d’effet ? À l’inverse, nous pouvons aussi nous demander pourquoi certains propos, aussi justes qu’ils sont, demeurent sans effet. L’Évangile ne donne pas de réponse à ces questions.

Un cœur disponible pour écouter

Toutefois, c’est avant toute chose une aptitude à une disponibilité de cœur. La première lecture nous précise que les habitants crurent en Dieu en réponse à la prédication de Jonas. Leur foi s’est également mise en mouvement, ils ont pris le vêtement de deuil, l’attitude de conversion.

L’efficacité de la parole de Dieu

Ainsi, la parole de Dieu ne doit pas rester sans effet dans notre vie. Ce n’est pas une petite ritournelle qui nous trotte dans la tête. Elle est ce glaive, dont nous parle Paul dans ses écrits, qui vient nous tirailler les entrailles. Cette voix de Dieu que nous transmet Jésus doit nous questionner pour savoir de quelle manière elle nous invite à construire le Royaume. Parce que cette parole est là pour nous aujourd’hui.

La révélation continue

La révélation se poursuit toujours et Dieu continue de nous parler. Elle est là pour nous envoyer en plein monde porter sa promesse. Elle est l’assurance de la proximité de Dieu, de son fol amour, de son incommensurable bonté. C’est une réalité qui peut paraître étrange pour ceux qui n’ont pas la foi.

Découvrir la vrai visage de Dieu

Il est vrai que la vie du monde, telle que les médias nous la transmettent, ne porte pas vraiment à la louange, à l’action de grâce et à reconnaître que Dieu est à l’œuvre en cet âge. Peut-être faut-il alors faire un pas de côté, changer nos attentes, nos représentations par rapport à Dieu. Il n’est pas Celui qui vient approuver nos désirs, tel un magicien. Il est plutôt Celui qui va faire naître en nous, sa Parole aidant, une manière ajustée de nous mettre au service de l’autre.

Dieu est notre ami

Dieu est toujours Celui qui questionne, qui interroge non pas comme un juge ou un policier, mais comme un ami qui nous veut du bien. Même s’il connaît l’abîme de notre cœur, il veut que nous le lui offrions, que nous nous unissions au sien. Notre relation avec Dieu est toujours celle d’un cœur à cœur, d’un ami proche, attentif, aimant. Pour mieux entrer dans cette manière de faire et d’être de Jésus, il suffit de contempler l’Évangile.

Se laisser rencontrer par la proximité de Dieu

Laissons-nous toucher par sa proximité, d’abord avec ses disciples puis avec tous ceux et toutes celles qu’il rencontre. Il les rencontre à l’intime de ce qu’ils sont pour qu’il laisse en eux se révéler, se dévoiler la soif de Dieu. Pour autant, nous sommes tous aimés passionnément par Dieu et il nous veut à son service pour rendre ce monde plus juste et plus fraternel. Cela dit, il y a des personnes qui ne se réclament pas du Christ, qui ne confessent aucun Dieu et qui font le bien. L’inverse est tout aussi vrai.

Se laisser rejoindre par Dieu dans sa parole

Ainsi, la foi, la pratique religieuse n’est pas un brevet de bonne conscience, ni même l’assurance que nous servons justement le Seigneur. Aussi, la parole de Dieu méditée personnellement et partagé avec d’autres peut être une boussole pour avancer sur nos chemins de vie. C’est dans ce compagnonnage avec l’Écriture, où Dieu nous témoigne de sa vitalité, que nous trouverons des signes pour agir, en son nom, au cœur du monde.

Dieu se dit aussi au cœur du monde

La grâce de Dieu se dit dans cette Parole que nous révèle l’Écriture. Mais, la vie du monde peut aussi devenir un révélateur de la présence de Dieu et résonance avec Sa parole. Certes, tout a été révélé dans les Écritures, mais leur accomplissement se poursuit jusqu’à la fin des temps.

La parole de Dieu, germe d’amour

Dieu, par son Fils, s’est donné au monde, par amour, une fois pour toutes. Pour autant, il ne cesse d’être en germe dans nos cœurs pour que nous portions du fruit en abondance. C’est d’ailleurs la prière que nous avons formulée au début de la célébration de ce dimanche de la parole. Gardons donc un cœur généreux, un esprit ouvert et large pour accueillir la parole de Dieu qui veut naître continuellement dans notre vie, dans notre cœur. C’est alors que nous pourrons partir au large et jeter les filets à l’image des disciples dans l’Évangile de ce dimanche.

Une réponse à « La parole de Dieu nous conduit au large »

Les commentaires sont fermés.