L’appel à servir Dieu en plein monde


Méditations au coeur du monde / vendredi, janvier 12th, 2024
Temps de lecture : 5 minutes(Last Updated On: 12 janvier 2024)

Nous retrouvons le temps ordinaire pour un mois. Ce deuxième dimanche du temps ordinaire (B), le Seigneur nous adresse un appel. Il nous invite à venir « combattre sous l’étendard de la croix ». C’est un appel à prendre les armes de la miséricorde et de la justice. C’est un appel continuel qui nous est fait. Nous n’avons jamais fini de nous mettre en route, de quitter nos habitudes, nos manières de vivre et de penser. Jésus, par cet appel à le suivre, nous invite à faire toujours un pas de plus. Un petit pas de plus qui nous conduit à chercher comment mieux servir, en son nom, les femmes et les hommes de ce temps.

L’appel de Dieu est singulier

Pour faire ce pas et entendre l’appel de Dieu, nous avons besoin de relais. Comme Samuel, parfois nous ne comprenons pas que Dieu nous appelle à rejoindre sa mission. Mais, nous pouvons nous ouvrir à un autre qui nous aidera à discerner les signes des temps. Eli, dans la première lecture, devient le guide de Samuel. Il le conseille et l’aide à bien écouter la parole que le Seigneur lui adresse. Ensuite, il revient à Samuel toute la liberté pour cheminer avec le Seigneur.

Au service du corps entier

Les appels qui nous sont faits sont personnels, singuliers, mais ils doivent toujours être reliés au service du corps entier. Dieu nous appelle pour que nous servions les femmes et les hommes de ce temps à travers une mission précise. Depuis notre baptême, le Christ nous adresse un appel à servir, à nous unir davantage à Lui pour entrer dans sa mission. C’est dans ce lien étroit avec le Christ, en devenant davantage ses compagnons, que nous pourrons mieux entrer dans la mission. C’est cet appel que nous contemplons dans l’Évangile de ce dimanche.

Que cherchons-nous ?

Des disciples de Jean suivent Jésus et ce dernier les questionne : « Que cherchez-vous ? » Nous pouvons aussi sentir le Christ nous poser la même question. Que cherchons-nous en cheminant avec le Christ ? Quel est le but de la route ? Qu’attendons-nous de ce compagnonnage ? Sommes-nous comme les disciples de Jean qui veulent habiter la tente du Christ ? Leur réponse peut nous entraîner, au sens propre, dans notre vie avec le Christ. En effet, ce n’est que si nous demeurons en Lui, que si nous sommes avec Lui que nous pourrons répondre à son appel.

Un appel à une familiarité avec Dieu

Notre vie chrétienne, notre vie de foi est une vie avec le Christ. C’est Lui qui nous indique la route du Père dans la communion de l’Esprit. Ainsi, nous avons à rechercher une familiarité avec Dieu, à devenir ses amis, ses intimes et à lui faire confiance. Dieu, le Christ nous veut en vie pour que nous annoncions Sa vie, celle qui se donne en abondance. Rien de moins, rien de plus. Voilà l’appel qu’il fait jour après jour : devenir porteur de vie, de miséricorde, de paix au cœur du monde.

Répondre à l’appel de Dieu

La réponse à cet appel n’est possible que si nous communions, nous fréquentons Sa Parole. Ainsi, au fil des jours nous serons comme Samuel. Cet enracinement dans la Parole de Dieu nous donne de mieux saisir la profondeur de l’Amour de Dieu. Nous comprenons mieux par quels chemins il nous conduit et quelle est la mission qu’il nous donne. Mais, cela ne se fera pas malgré nous. Pour entendre, écouter la voix du Seigneur, il faut que nous soyons vigilants, attentifs aux mouvements de ce monde. Mais, nous avons à nous rendre disponibles pour répondre à l’appel de Dieu.

Un appel à davantage de disponibilité

L’exemple de Jean-Baptiste peut nous aider à entrer dans cette disponibilité. Il ne se sent pas propriétaire de sa mission et ne se prend pas non plus pour le messie. Il n’est « que » la voix qui crie dans le désert pour préparer les chemins du Seigneur. C’est important d’avoir conscience de sa mission, de sa vocation. Cela permet de mieux se rendre disponible pour servir. La disponibilité n’est pas qu’une question d’agenda. Nous pouvons être fort occupés et être disponibles. L’inverse est tout aussi vrai.

Apprendre la vraie disponibilité

La disponibilité est une question de disposition de cœur et d’oreille. Cela demande que nous apprenions à faire taire notre vélo intérieur et tendions l’oreille de notre cœur. Notre vie nous expose peut être à de multiples activités où la distraction nous guette.

Disponible pour prier ?

Notre prière aussi peut être habitée, assaillie de tout ce que notre journée comporte de préoccupations. Dieu y est aussi présent. Mais, nous pouvons apprendre à nous taire, à éduquer notre cerveau pour que dans ces moments de cœur à cœur avec Dieu la qualité du dialogue au cœur soit première. Aussi, pourquoi ne pas commencer notre temps avec Dieu en reprenant les mots de Samuel : « Parle, ton serviteur écoute. » Il faut savoir se taire pour écouter.

Écouter l’appel de la Parole

Souvent, notre cœur déborde et nous ne pensons pas à prendre le temps d’écouter ce que Dieu nous susurre. Sa Parole est comme l’eau d’une source d’eau vive. Elle jaillit pour nous conduire vers un au-delà. Il nous faut donc cultiver l’audace de l’appel. Nous avons à nous aventurer à la suite du Christ. C’est l’expérience que font les premiers disciples dans l’Évangile de ce dimanche. Ils découvrent en Jésus un appel qui les met en route, qui dilate leur cœur. Jésus reçoit leur appel, accueille leur désir et le transforme en mission. Il ne se contente pas de les accueillir, il les adjoint à sa mission.

Suivre le Christ de plus près

Aujourd’hui, Jésus nous appelle à le suivre. Il souhaite partager sa mission avec nous pour que le monde découvre la surabondance de l’amour de Dieu. Nous avons à discerner au cœur du monde où le Seigneur nous engage à la moisson. Il ne s’agit pas d’être utile, mais d’être au service. Il nous demande de témoigner par nos vies, nos mains, notre cœur de sa vie, de son amour pour notre monde et ceux qui y résident. Nous ne pouvons répondre à cet impératif que de manière singulière.

Soyons la mélodie de Dieu

Chacun d’entre nous, par son accord avec Dieu, est une mélodie propre. Ensemble, nous formons une syntonie qui révèle de l’harmonie divine. Alors, demandons la force de l’Esprit pour comprendre comment incarner l’appel que Dieu nous fait. Ainsi, ensemble, nous pourrons devenir de véritables disciples-missionnaires fiers de leur baptême et de leur dignité de prêtre, prophète et roi. N’ayons pas peur et tenons-nous sur le seuil. Ainsi, nous serons disponibles pour répondre à l’appel de Dieu et le servir davantage en plein monde.

Une réponse à « L’appel à servir Dieu en plein monde »

Les commentaires sont fermés.