Faire fleurir le verbe de Dieu au cœur du monde

Temps de lecture : 3 minutes

Faire fleurir le verbe de Dieu au cœur du mondeCe 15e dimanche ordinaire nous place sous la contemplation de l’efficacité du verbe de Dieu. Sa Parole parcourt notre monde à la recherche d’une terre fertile pour porter du fruit en abondance. Quelle est donc l’ambition de cette volonté de Dieu de nous communiquer sa Parole, de nous offrir son Verbe en exemple à suivre ? Il s’agit, en fait, de nous sauver de nous-même, de notre autosuffisance et de notre auto-relation.

Solidarité

Seuls, sans autre relation que nous-mêmes, nous courrons à notre perte car nous oublions l’essentiel. Nous sommes faits pour aimer et Dieu est celui dont l’amour est fou, dépasse nos manières de penser, de voir, de comprendre le monde. Son désir de nous sauver, manifesté dès les premières pages de la Genèse, a pour but de nous communiquer l’amour dont il nous aime. Cette amour se dit dans la présence du Fils envoyé comme messager et témoin de l’altérité de Dieu.

Salut

L’Amour de Dieu parachevé par le verbe nous est acquis. Nous sommes sauvés mais savons-nous être témoins, missionnaires de cet amour ?. C’est ce que nous demande Jésus dans l’Évangile de ce dimanche. Ce don qui nous est fait et qui prend en nous toute sa dimension lors de notre baptême se doit d’être tourné vers les autres. Nous avons à porter du fruit et que ce fruit demeure.

Semence

Souvent, nous passons à côté de cet impératif missionnaire. Nous sommes sensibles à la semence du verbe, mais trop souvent elle ne germe pas en nous. C’est alors qu’il nous est nécessaire de faire preuve d’humilité et de conversion. Nous pouvons demander au Seigneur cette grâce de nous rendre accueillant à sa semence. Qu’il nous aide à voir dans les signes des temps la manière concrète dont nous pouvons porter du fruit pour notre terre mais aussi et surtout pour nos frères et sœurs.

Soins

Prendre soin de notre maison commune, comme nous y invite le Pape François, dans Laudato Si, n’est pas une idéologie politique dans le vent. Prendre soin de notre maison commune, c’est prendre soin des uns et des autres. Nous avons donc à nous convertir – non pas au vert qui serait politiquement correct – mais au développement intégral de notre monde. Lorsque nous agissons pour des conditions de vie plus dignes, nous servons l’Évangile. Notre vigilante bienveillance doit nous conduite à avoir le souci d’une annonce de l’Évangile qui ne soit pas hors sol. Les merveilles de Dieu ne sont pas des idées ou des arguments mondains. Ils sont une réalité tangible qui nous invite à agir pour rendre notre monde plus fraternel.

Sens

Lorsque les trois personnes divines ont choisi d’envoyer le fils, le verbe fait chair, pour témoigner de « l’amour excessif » de Dieu, c’était pour parachever l’œuvre de Salut. L’incarnation du fils est venue nous inviter à nous enraciner dans sa parole pour que ses fruits soient notre vie. Celle que nous vivons humblement et quotidiennement avec ce qui fait nos joies et nos peines. Rien de plus, rien de moins. Si nous ne faisons pas de notre vie une occasion de louange, c’est-à-dire de témoignage de ce qui habite notre foi, nous sommes telle la semence semée dans des sols pierreux.

Simplicité

Il ne s’agit pas de chercher l’extraordinaire, mais de faire de notre ordinaire « une vivante offrande à la louange de sa gloire ». Voilà la vie qui plaît à Dieu. Une vie simple, qui malgré fatigue et contradiction, tâche de faire advenir le royaume. Même si parfois, nous buttons, si nous rencontrons l’aridité et la sécheresse du chemin, alors le Seigneur est bien présent.

Puisse la lumière du Ressuscité, reçue lors de notre baptême, éclairer le chemin où nous avons à porter sa Parole. Elle a été versée dans nos cœurs pour que nous en fleurissions le monde. Que l’Esprit nous aide à devenir des jardiniers de Dieu pour sa plus grande gloire et sa haute louange.

Être fatigués de ne pas savoir aimer

Temps de lecture : 3 minutes

Fatigués de ne pas savoir aimerLe psaume 144 (145) de ce 14e dimanche ordinaire nous invite à la louange continuelle de Dieu. Mais quelles sont les raisons de nous réjouir ? Nous sommes fatigués. Le monde est de plus en plus violent et les humains n’en finissent pas d’être veulent, fourbes, avides de pouvoir et de puissance. En résumé : « Rien ne va plus ». Pourtant, nous qui avons la foi, devons entendre cette voix de Dieu qui se dit dans le brouhaha du monde. Il nous dit sa promesse de victoire sur ces temps troublés ; il nous invite à renouer l’Alliance avec Lui. Continuer la lecture de « Être fatigués de ne pas savoir aimer »

Vivre du sacrifice de l’Amour de Dieu

Temps de lecture : 4 minutes

L’Vivre du sacrifice de l’Amour de DieuÉvangile de ce dernier dimanche de juin, le 13e du temps ordinaire (Mt 10, 37-42), est troublant. Le Christ nous demande de le préférer à nos amours terrestres. Il ne s’agit pas de choisir entre nos « attachements » intimes et l’amour pour Dieu. Sinon, nous pourrions avoir comme une envie furieuse de refermer cette page d’évangile pour vivre et aimer nos proches… sans Dieu ! Continuer la lecture de « Vivre du sacrifice de l’Amour de Dieu »

Compter d’abord sur la grâce de Dieu

Temps de lecture : 4 minutes

Compter d’abord sur la grâce de DieuNous voici revenus pleinement au temps ordinaire avec les textes ce 12e dimanche. Nous sommes invités à poser notre regard, une fois de plus, sur la nature de la grâce de Dieu. Compter sur Lui ne nous épargne ni les tracas, ni les insultes, ni le mépris… À vrai dire, cela les attire plutôt. Continuer la lecture de « Compter d’abord sur la grâce de Dieu »

Du pain de nos vies, Dieu fait Eucharistie

Temps de lecture : 3 minutes

Du pain de nos vies, Dieu fait EucharistieCe dimanche, le deuxième depuis la Pentecôte, nous célébrons la fête du Saint Sacrement. Il est ce pain de vie dont nous parle Jésus dans l’Évangile. Mystiquement, nous comprenons que le Corps et le sang du Christ nous sont nécessaires pour vivre. Mais, ce « pain et ce vin » consacrés, institués lors de la dernière Cène, suffisent-ils à dynamiser, à faire croître notre foi ? Pendant toute la période de confinement, nous n’avons pas pu célébrer la messe. Continuer la lecture de « Du pain de nos vies, Dieu fait Eucharistie »

Une Trinité de relation

Temps de lecture : 4 minutes

Une Trinité de relationLa liturgie nous conduit à célébrer ce dimanche après la Pentecôte, la sainte Trinité. Nous fêtons ce mystère qui est le cœur de la foi chrétienne. La salutation de Paul au début de la seconde lecture nous indique clairement ce qui anime chacune des personnes divines. L’Esprit Saint que nous avons célébré, dimanche dernier, anime cette Trinité Sainte. Il est Celui qui fait circuler l’Amour du Père qui permet au Fils de nous donner la grâce. Continuer la lecture de « Une Trinité de relation »

Envoyés par l’Esprit dans la Paix

Temps de lecture : 4 minutes

Envoyés dans la Paix par l’Esprit« La Paix soit avec vous ». Cette formule du Ressuscité, qui ponctue ses apparitions aux disciples, est vraiment d’actualité. Elle est prononcé par deux fois dans l’Évangile de ce dimanche de Pentecôte. Nous qui pouvons – après la coupure du confinement Continuer la lecture de « Envoyés par l’Esprit dans la Paix »

Dans l’attente de l’Esprit

Temps de lecture : 3 minutes

Dans l’attente de l’EspritCe 7e dimanche de Pâques nous place dans un entre-deux. Nous sommes dans l’attente de l’Esprit mais Jésus est déjà monté vers le Père définitivement. C’est ce que nous avons fêté, jeudi dernier, en célébrant l’Ascension. Cette notion d’attente, nous la maîtrisons bien maintenant suite à la pandémie de Covid-19, SARS-COV-2. Continuer la lecture de « Dans l’attente de l’Esprit »