Une Trinité de relation

Temps de lecture : 4 minutes

Une Trinité de relationLa liturgie nous conduit à célébrer ce dimanche après la Pentecôte, la sainte Trinité. Nous fêtons ce mystère qui est le cœur de la foi chrétienne. La salutation de Paul au début de la seconde lecture nous indique clairement ce qui anime chacune des personnes divines. L’Esprit Saint que nous avons célébré, dimanche dernier, anime cette Trinité Sainte. Il est Celui qui fait circuler l’Amour du Père qui permet au Fils de nous donner la grâce. Ce don de Dieu nous le mendions souvent humblement. La grâce nous permet d’accomplir la mission d’annoncer au monde « les merveilles de Dieu ».

Folie

Dieu nous aime infiniment plus que ce que nous pouvons concevoir ou même espérer. Si nous avions besoin d’une preuve, la folie de la croix en est le témoignage le plus emblématique. Livrer son Fils à la liberté de la jalousie de l’Homme. Le laisser agir égoïstement comme preuve suprême de l’Amour. Voilà la folie de Dieu. Une folie qui est animée par le désir d’une croissance libre

Projet

Le projet de Dieu pour l’Homme est la circularité de son amour. Il veut que nous vivions à l’image de la Trinité Sainte dans une relation dépouillée de toute concurrence. Le Père, le Fils et l’Esprit sont unis par le don de l’Esprit dans un échange continuel. Ils se nourrissent de l’Amour mutuel pour que l’Homme se nourrisse de l’Amour de Dieu. Il n’est pas solitaire, égoïste, mais généreux et solidaire. Les échanges dans la Trinité visent à donner à l’Homme la perspective d’une vie relationnelle où l’autre est capable de Dieu. Ils sont le signe d’un bonheur parfait car chacun compte sur l’autre qui lui permet d’être pleinement lui-même.

Grâce

La grâce que nous pouvons demander en ce temps c’est de pouvoir reconnaître, comme Moïse, que Dieu est au milieu de nous. Trop souvent, nous le cherchons dans l’extraordinaire, dans une manifestation glorieuse et tonitruante. Mais, Dieu se dit dans « la fin du commencement d’une brise légère », dans la discrétion du quotidien. Sa présence est telle une embrassade entre deux personnes qui s’aiment. Nul ne peut le voir tel qu’il est mais nous pouvons le contempler dans la proximité, dans la réalisation de ce qui concourt au plus grand bien. Le but de notre vie n’est d’ailleurs pas de voir Dieu mais de le reconnaître dans ce monde et dans ce temps. Son unique présence se dit de multiples manières et un critère de reconnaissance est la Paix et le Bonheur – malgré les aléas de la vie– qui demeurent.

Relecture

En cette fête de la Saint Trinité, prenons le temps de relire nos vies, et plus particulièrement la période récente de confinement. De quelles manières avons-nous perçu que Dieu travaillait en nos vies. Le visage du Fils, serviteur souffrant, nous est comme apparu dans tous ces malades. La force de l’Esprit s’est manifestée dans l’endurance que chacun a pu vivre malgré la difficulté et la douleur. La proximité du Père, ses mains accueillantes, ont recueilli et continuent de recueillir chaque moment difficile. Il récapitule, collecte toute ce que le Christ lui présente dans le dynamisme de l’Esprit Saint. Ce mouvement nous est présenté à la perfection dans la Prière Eucharistique n°1 :

Regarde cette offrande avec amour et, dans ta bienveillance, accepte-la. Nous t’en supplions, Dieu tout-puissant : qu’elle soit portée par ton ange en présence de ta gloire, sur ton autel céleste, afin qu’en recevant ici, par notre communion à l’autel, le corps et le sang de ton Fils, nous soyons comblés de ta grâce et de tes bénédictions.

Marche

Cette citation témoigne bien que le Dieu que nous célébrons, jour après jour, est Celui de la vie et de la miséricorde. Il ne cherche qu’une chose : nous faire marcher sur la voie de l’Amour. Elle prend de multiples formes mais est notre unique vocation. Nous ne pourrons la trouver, la discerner, que si nous acceptons de prendre la route de l’altérité. Marcher avec l’autre, qui nous fait devenir compagnon de Jésus, en laissant la place à l’imprévu qui peut décoiffer, déplacer, dérouter un temps mais qui toujours construit, tel est l’appel de Dieu.

Soyons des chrétiens, pèlerins, disciples-missionnaires, qui cherchent à faire découvrir au quotidien la réalité du Royaume de Dieu. C’est dans notre manière d’être en relation les uns avec les autres que nous pouvons révéler aux autres, le visage de ce Dieu Trinité. Le Dieu de la circularité du dynamisme de l’Amour incarné.

close