Répandre la Bonne Nouvelle dans tout l’Univers

Temps de lecture : 4 minutes
Print Friendly, PDF & Email

Répandre la Bonne Nouvelle dans tout l’Univers« Et pourquoi pas dans tout l’Univers ? » : cette intuition du jésuite Pierre-Joseph de Clorivière, lorsqu’il fonde les prêtres du cœur de Jésus, rejoint les textes de ce dimanche. La magnifique première lecture nous donne la substantifique moelle de la mission pour les disciples. Le Christ est venu sauver tout l’Univers. Sa bonne nouvelle, qu’il nous revient d’annoncer, est pour chaque femme, chaque homme de bonne ou de mauvaise volonté. Chacun de ceux qui sont présents au cœur de notre monde sont rejoints, d’une manière qui leur est propre, par le Christ. Nous pourrions reprendre une antienne, chantée lors du temps de l’Avent : « Que l’Univers chante et crie de joie : le Seigneur vient ». Il vient à notre rencontre par nos mots, nos vies, nos actes. Chacun et chacune d’entre nous, si nous nous reconnaissons comme enracinés dans l’amour du Christ, sommes porteurs de sa vie.

Accueillir la vie de Dieu

Toutefois, elle ne peut être accueillie que si nous acceptons de lui laisser un peu de place dans nos vies. Avouons que ce n’est pas facile, que la prière, la louange, l’action de grâce ne sont pas toujours au rendez-vous. Hélas ! Mais le Seigneur ne nous en tient pas rigueur. Chaque jour, chaque instant de notre vie, il demeure à la porte de notre cœur. Il désire nous rejoindre au cœur de notre quotidien, pour le transformer en puissance de vie et d’amour. Ce dynamisme qui parcourt tout l’Univers pour le conduire à la plénitude de la joie doit nous porter, nous rejoindre.

Le souffle de l’Esprit pour tout l’Univers

Tel Pierre, dans la première lecture, nos manières d’être, d’agir, de parler doivent être des occasions d’effusion de l’Esprit Saint. Nous aussi, alors, nous pourrons être stupéfaits comme les compagnons de Pierre. Notre étonnement ne sera pas tant quant à notre efficacité, mais sur la force de conversion de l’Esprit Saint. C’est bien Lui qui transforme le cœur des hommes pour qu’ils aient le courage de combattre les lieux d’injustice. Dieu agit en nous et par nous grâce à la force de l’Esprit. Aussi, nous voyons bien qu’il nous précède en toute chose même dans les effets du baptême. Pierre, dans la première lecture, demande que ces croyants reçoivent le baptême non pour qu’ils aient la foi, mais parce qu’ils l’ont. Ainsi, nous voyons que les sacrements viennent enraciner notre désir de rencontre avec le Seigneur. Ils sont la consécration de son amour pour nous et nous donnent l’audace de l’annoncer sur les routes des hommes, et pourquoi pas dans tout l’Univers !

Entrer dans la louange

Ainsi, nous pouvons laisser monter sur nos lèvres la louange du psalmiste. Nous sommes au cœur du temps pascal et la joie de l’amour de Dieu doit monter sur nos lèvres. N’oublions pas la louange dans notre prière. Faisons l’effort de nous souvenir, le soir, au moment de fermer les yeux, d’une chose, d’une rencontre, d’une lecture qui nous ont apporté de la joie. C’est l’occasion de remettre le jour entre les mains de Dieu et de lui confier notre conviction que ce monde ne va pas si mal. Les petites joies peuvent compenser les contrariétés du quotidien. Le Seigneur veut nous conduire sur le chemin de la joie. Souvenons-nous que son bonheur est que notre cœur soit habité de sa justesse.

Découvrir la justesse de Dieu

Et la justesse de Dieu consiste à construire l’harmonie de la création, de l’univers visible et invisible. Nous sommes co-créateurs de l’œuvre de Dieu et surtout nous pouvons être les contributeurs, les auteurs de la joie de nos frères et sœurs. Que l’Esprit Saint nous aide, comme nous le prions dans les Complies, à ne contrister personne. C’est à cet amour mutuel que nous incite Jean, dans la seconde lecture. Un amour qui dépasse la simple affection, le simple fait de s’entendre ou pas.

Un amour qui embrasse tout l’Univers

C’est à l’amour du Christ, celui qui embrasse tout l’Univers, que nous sommes invités à communier. Il s’agit pour nous de nous laisser associer à ce don total du Christ, par amour. Il ne retient rien, il donne pour que nous recevions sa vie et la transmettions au cœur du monde. Par cet appel au don, le Seigneur vient nous faire comprendre que nos mesquineries et autres petitesses entravent son action. Elles empêchent son Esprit de féconder pleinement tout l’univers. Même si nous savons que le Seigneur est tout-puissant, son action ne vient pas heurter cette liberté dont il nous a dotés par amour. Lorsque nous contemplons le monde dans lequel nous vivons, nous comprenons assez vite que l’amour n’est pas premier. Pourtant, il pourrait être si simple de le faire advenir.

Contempler l’amour de Dieu

Aussi, prenons le temps de contempler les situations qui nous paraissent conflictuelles, où la force de l’Amour de Dieu n’est pas aussi présente qu’il le faudrait. Interrogeons-nous alors sur la manière dont nous pourrions être des apôtres de cet amour. Il y a sans doute des toutes petites choses qui pourraient alléger le poids du jour. Nous avons en nos mains le pouvoir de changer le monde avec la force de Dieu. N’attendons pas que le monde change sans s’y impliquer, ne soyons pas des spectateurs, des citoyens de canapé. Engageons-nous dans notre quotidien, dans nos relations et devenons davantage fraternels. Dieu compte sur nous pour que sa Gloire inonde tout l’Univers.

Entendons l’appel que le Seigneur nous fait ce dimanche d’aimer davantage au cœur de notre vie et tâchons de marcher à sa suite. Alors, nous pourrons répandre la Bonne Nouvelle dans tout l’univers pour sa plus grande gloire et le salut du monde.