La vigilance de la miséricorde

Temps de lecture : 4 minutes

La vigilance de la miséricordeLes textes de ce 23e dimanche du Temps Ordinaire nous invitent à la vigilance. Le Seigneur nous demande d’être en état de veille, prompt à témoigner de la chaleur et de l’exigence de son appel. Chacun d’entre nous se doit d’être le gardien de ses frères et sœurs. Nous n’avons pas à nous comporter à leur égard comme des cerbères ou des censeurs, ce serait pervertir le message. Pour autant, il nous revient d’être les uns pour les autres, les uns avec les autres, des guides qui témoignent de la charité de la Parole de Dieu. Elle a été versée dans nos cœurs pour que nous répandions sur le monde le fol amour de Dieu.

Amour

 Lorsque l’amour s’invite dans notre vie, nous vivons pour et avec l’autre une passion empreinte de vigilance. Nous voulons son bien et contribuons à sa croissance, tout comme l’autre contribue aux nôtres. Ce cercle vertueux doit être au cœur de la proclamation active de notre foi. Au quotidien, nous avons à vérifier si notre vigilance est bien greffée sur l’amour du Seigneur. Nos relations sont-elles vraiment ajustées par le souci de permettre la croissance de l’autre ? C’est ce que Jésus tient à nous faire comprendre dans l’Évangile de ce dimanche. Il nous invite à vivre une véritable fraternité. Pour cela, nous avons à exercer une véritable vigilance à l’égard de notre prochain. La vérité de nos relations le reflet de son Alliance. Dans nos engagements, Dieu s’engage avec nous.

Tentation

Chacun d’entre nous peut, parfois, s’égarer. Nous pouvons être tentés par les sirènes de « l’Ennemi de la nature humaine » qui nous amènent à nier à la fois la dignité de la personne humaine et donc celle de la divinité de Dieu. Lorsque nous rencontrons ce péché, ou lorsqu’un des nôtres fait cette mauvaise rencontre, nous devons retrouver le chemin de la grâce. La progressivité de la méthode proposée par Jésus, ce dimanche, est une bonne école. C’est en cheminant, dans le partage et l’écoute mutuelle, que nous pouvons discerner ce qui nous éloigne de Dieu. C’est alors que nous retrouvons son Alliance et la Paix de notre cœur.

Reconnaissance

Cette vigilance communautaire est une école d’humilité et de miséricorde. Elle nous aide à reconnaître, d’une part, que nous ne sommes pas notre propre source, mais surtout que l’amour de Dieu est premier dans nos vies. Le psaume 94 (95) que nous propose la liturgie de ce dimanche est une vraie aide pour découvrir cet appel à la vie, à la paix que Dieu nous fait. Nous avons à répondre à l’invitation de Dieu, à répandre son amour et à entrer dans une dynamique de louange.

Louange

Louer Dieu c’est reconnaître que son amour dépasse notre propre égoïsme et lui rendre grâce pour l’amour inconditionnel qu’il nous porte. Nous avons à nous laisser entraîner par sa miséricorde pour que notre vie en soit animée. Nous voyons donc que le fait de nous tromper de chemin n’est pas si grave, à condition de marcher sur le chemin de la conversion. Aussi, nous n’avons pas à présumer de nos forces.

Lumière

Les frères et les sœurs que le Seigneur nous donne pour compagnons de route peuvent être comme des phares dans la nuit. Ils / elles nous indiquent, de la part du Seigneur, la direction à prendre pour que notre vigilance ne s’éteigne pas. Si leur lumière est le reflet de celle du Christ, gardons alors confiance, sinon tâchons de ne pas nous laisser entraîner dans les bas-fonds de notre humanité.

Salut

Pour autant, cherchons davantage à comprendre la proposition du prochain.  Ignace de Loyola nous invite à cette démarche dans les Exercices au numéro 7 :

Il faut présupposer que tout bon chrétien doit être plus enclin à sauver la proposition du prochain qu’à la condamner ; et s’il ne peut la sauver qu’il s’enquière de la manière dont il la comprend et, s’il la comprend mal, qu’on le corrige avec amour. Si cela ne suffit pas, qu’on cherche tous les moyens appropriés pour que, la comprenant bien, il se sauve.

Puisse la liberté avec laquelle le Christ nous aime animer notre vie. Qu’elle aiguise notre vigilance pour que nous entrions davantage dans le Salut qu’il ne cesse de nous offrir. De même, puisse le Seigneur nous aider à être pour nos frères et sœurs des compagnons de route, animés de son Amour.

Une réflexion sur « La vigilance de la miséricorde »

Les commentaires sont fermés.